Liberté d’expression à 2 vitesses

Monsieur Gernelle grogne après la CGT qui s’attaquerait à la liberté d’expression parce que des journaux n’ont pas été distribués suite à un mouvement de grève au moment où un projet de loi visant à casser la loi Bichet est examiné au Sénat.

Mais Monsieur Gernelle a cette liberté de pouvoir continuer de s’exprimer et même de dire un peu n’importe quoi dans son édito (cf lien ci-dessous) ! Alors que les syndicalistes, eux, n’ont pas cette chance d’avoir un tel journal avec autant de relais pour s’exprimer …

2019 05 29 lettre ouverte Gernelle LE POINT

pour répondre à l’Édito suivant.